La crise migratoire et nous / Loïc Salfati ; Institut français (IF)

Vidéo

Loïc Salfati. Metteur en scène ou réalisateur | Institut français (IF). Producteur | Institut français de Lituanie. Producteur

Edited by Institut français de Lituanie. Vilnius - 2016

Dans le cadre de sa mission de diffusion du débat d’idées, l’Institut français de Lituanie a produit et réalisé un web-documentaire bilingue français/lituanien sur la crise migratoire actuelle. Pour ce projet, de nombreuses interviews filmées ont ainsi été réalisées en France et en Lituanie pour tenter d’apporter des pistes de réflexion.

Ce webdocumentaire a été réalisé avec le concours du Musée national de l’histoire de l’immigration, le Musée de l’Homme, l’IFRI, l’UNHCR, l’Institut français et l’Ambassade de France en Lituanie.

Lien vers le web-documentaire

Liste des intervenants (par ordre alphabétique) :
Antoine Balzeau, paléoanthropologue au Musée de l’Homme / Dalia Cidzikaite, journaliste et éditrice lituanienne / Leonidas Donskis, philosophe lituanien / Bruno Dumézil, historien, maître de conférences à l’université de Paris X-Nanterre / Eugène Ebodé, écrivain publié chez Gallimard / Michel Foucher, géographe et ancien ambassadeur de France en Lettonie / Yvan Gastaut, historien, maître de conférences à l’université de Nice-Sophia Antipolis / Philippe Hanus, historien, chercheur associé au LARHRA / Lyra Jakuleviciene, politologue, maître de conférences à l’université Romeris de Vilnius / Joseph Krulic, juge, président de l’association des juges de l’asile / Renata Kules, représentante de l’UNCHR en Lituanie / Isy Morgensztern, réalisateur, historien des religions / Benjamin Stora, historien, président du Conseil d’orientation du Musée national de l’histoire de l’immigration / Matthieu Tardis, politologue à l’IFRI / Charles Vallerand, ancien secrétaire général de la Fédération internationale des coalitions pour la diversité culturelle (Canada) / Dominique Wolton, directeur de recherche au CNRS et directeur de la revue Hermès.

Loading enrichments...

Reader reviews

  • La Migration dans l'histoire 5/5

    La migration c’est un problème social selon lequel les personnes et les animaux cherchent les meilleures conditions pour survivre. A travers de l’histoire, les animaux se sont déplacés d’un lieu à un autre, sur des distances plus ou moins longues, d’une latitude et longitude à des autres, pour trouver de la nourriture et faciliter la continuité des espèces. C’est d’ailleurs les personnes qui cherchent la nourriture, le logement, le travail et une meilleure qualité de vie. Dans la Bible, l’exode raconte l’histoire de peuple hébreu qui sort d’Egypte vers la terre promise, c’est la case de la migration dans la religion. Dans l’histoire, les grandes invasions ont été part important pour décrire le phénomène de la migration, par exemple quand a fini l’Empire romain, deux siècles plus tard il apparut des gens qui se définissent comme des Francs, des Burgondes, des Wisigoths. La conquête musulmane à la péninsule ibérique, c’est aussi un exemple d’invasion. Maintenant, les états se sont habitués aux conflits et leurs réactions sont moins rapides quant aux réfugiés. En Amérique du Sud, au Venezuela, les problèmes économiques et sociaux ont causé que les personnes sortent du pays et se dirigent vers d’autres pays de la région. Je souhaite que la xénophobie ne soit pas un problème pour les étrangères en Equateur et dans le monde. En conclusion, je peux dire que la migration c’est le résultat de l’évolution, parce comme Charles Darwin a dit, ne survit pas le plus intelligent ni le plus fort, survit l’espèce qui s’adapte le mieux.

    by LUIS ALBERTO ENRIQUEZ MEDINA Le 06 March 2018 à 00:53
  • ENTRETIEN CHARLES VALLERAND (Expert culturel) - VIVRE ENSEMBLE 4/5

    Le monde en général a changé beaucoup à cause de facteurs comme la globalisation, l’économie, la lutte pour les ressources et c’est pour ça que la migration a été le choix pour réussir la vie que toutes les personnes souhaitent. Les personnes des nations dans tout le monde ont des différences culturelles, sociales, religieuses, etc. Donc, c’est très important que les citoyens de tous les pays s’adaptent aux changements globaux et acceptent ces différences dans le cadre de la mondialisation. Pour moi, nous ne devons pas seulement être tolérants, sinon apprendre à respecter. Nous devons enseigner à nos enfants que les différences ne sont pas mauvaises et que le respect pour le prochain doit faire partie de notre vie. Comme il est dit dans l’entretien :¨Il faut accepter l’idée de vivre ensemble, travailler ensemble, aller à l’école ensemble ¨. Mais le respect doit être réciproque, c’est-à-dire que les personnes qui arrivent à la terre d’accueil doivent respecter les règles de ¨ vivre ensemble¨, ces sont les règles de coexistence pour être un bon citoyen du monde.

    by Ana Alvear Le 06 March 2018 à 00:48