Malaterre

BD numérique

Gomont Pierre-Henry

Edited by Dargaud Benelux - 2018

Coureur, menteur, buveur, noceur... Gabriel Lesaffre a toutes les qualités. Depuis l'enfance, il est en rupture avec son milieu familial. Épris de liberté, il ne supporte pas l'autorité. Un jour, il tombe amoureux d'une lointaine cousine, Claudia. Elle a dix ans de moins que lui. Coup de foudre, mariage, trois enfants : Gabriel se laisser séduire par les charmes de la vie de couple et les délices du confort bourgeois. Mais ses vieux démons se rappellent à son bon souvenir. Gabriel s'ennuie. Il plaque tout, s'envole pour l'Afrique, reste cinq ans sans donner de nouvelles. Puis il réapparaît, fidèle à lui-même. Mêlant manipulation, persuasion et belles promesses, il obtient la garde de Mathilde et Simon, les deux aînés, et les emmène avec lui en Afrique équatoriale. Pour ces deux jeunes ados, une nouvelle existence commence : ils découvrent l'Afrique et une vie « festive, bigarrée, frivole et un peu vaine ». Mais ils doivent aussi supporter les incessants problèmes d'argent de leur père, héritier d'un domaine qu'il est incapable de gérer, et son penchant insurmontable pour la boisson. Et si le rêve africain finissait par se dissiper dans les vapeurs d'alcool ?

Browse an extract

Loading enrichments...

Reader reviews

  • Une vie aventureuse 5/5

    Gabriel Lesaffre a brûlé sa vie par les deux bouts, une vie faite d’excès, d’aventures, une vie d’égoïste menée à cent à l’heure. Lorsqu’il retrouve ses enfants après une période trouble, il tente, à sa manière, de rattraper un peu le temps perdu, si tant est que ce soit possible… La majeure partie de l’histoire se déroule en Afrique équatoriale, avec au centre du récit un ancien domaine forestier familial que Gabriel a racheté et qu’il tente à tout prix de conserver, comme une obsession... Le personnage de Gabriel m’a étrangement fait penser au « Gainsbourg » de Joann Sfar tant par le dessin que dans sa manière de consumer sa vie et celle des autres par la même occasion. Gabriel est un personnage détestable par de nombreux aspects mais aussi le genre de perdant magnifique auquel on s’attache et dont le charisme impressionne, un aventurier à la fois déterminé et dilettante. J’ai trouvé très forte l’atmosphère qui se dégage de cette BD, la moiteur de la forêt équatoriale, les vapeurs d’alcool, les relents coloniaux, et la cigarette au bec de Gabriel, omniprésente, pleine de fureur… A noter que Pierre-Henry Gomont signe ici le scénario, le dessin et la mise en couleur. Une des meilleures BD que j’ai lues dernièrement.

    by Frédéric, médiathèque de Berlin Le 06 May 2020 à 18:48